C’est surtout à sa carrière de pédagogue qu’Odette Gartenlaub doit sa célébrité. Pourtant, en raison sans doute de son tempérament plutôt réservé, ce ne fut pas véritablement une vocation et ses talents pédagogiques pourraient être représentés par un grand crescendo.

En 1958, Jeanne-Marie Darré, nommée professeur de piano au Conservatoire de Paris, lui propose d’être son assistante. Mais cet assistanat ne durera qu’une saison car, dès 1959, elle est nommée professeur de solfège au Conservatoire. Après les premières terreurs de se retrouver devant une classe, Odette se prend rapidement au jeu et réfléchit à la manière d’aider les jeunes musiciens qui lui sont confiés à mieux comprendre la musique.

Contrainte de suivre les programmes et de préparer ses étudiants à leurs examens, elle utilise les manuels alors en vogue mais s’interroge très vite sur leur utilité, tellement ils sont éloignés des musiques qu’elle aime. Alors, dès qu’elle le peut, elle apporte en classe de la « vraie » musique : Bach, Schumann, Debussy... En 1968, elle est nommée professeur de déchiffrage

On pourrait crier à l’évidence, elle qui est capable de lire n’importe quelle partition à première vue ! Mais au contraire, elle est forcée de tenter de comprendre, en les analysant, ces mécanismes tellement naturels pour elle afin d’aider ceux, très nombreux, qui n’ont pas les mêmes facilités… Pour la première fois elle va alors faire appel à la compositrice qu’elle est et rédiger les cinq volumes de Préparation au déchiffrage pianistique, toujours d’actualité, qui seront suivis des six cahiers de Préparation au déchiffrage instrumental.

C’est en 1976 que, après avoir mené avec Marc Bleuse une longue réflexion sur l’enseignement du solfège, elle en portera la réforme en acceptant la classe de pédagogie de la formation musicale, poste qu’elle occupera jusqu’en 1988 et grâce auquel, en formant des cohortes de jeunes professeurs, elle apposera son empreinte de musicienne éclairée sur l’enseignement musical en France de la fin du XXème siècle.

Jean-Michel Ferran, président de l'association "Les Amis d'Odette Gartenlaub"

LAO-LOGO.gif

Les Amis d'Odette
Gartenlaub

OGPedagogue.gif
 

Comme cela se pratique depuis très longtemps chaque année en France de la maternelle jusqu'aux promotions des plus grandes écoles, la classe d'Odette Gartenlaub n'a pas échappé à la traditionnelle photo de classe. Occasion de rappeler à notre souvenir quelque camarade, une atmosphère, une lumière, une odeur de salle, un timbre de piano, une mélodie et la présence protectrice d'Odette.    

 

Chacun garde un souvenir fort de sa rencontre avec Odette Gartenlaub. Anciens élèves et collaborateurs nous gratifient de quelques témoignages ou anecdotes illustrant entre autres le sérieux avec lequel elle pratiquait son métier de pédagogue et les moyens qu'elle mit en oeuvre tout au long de sa carrière pour partager et transmettre ce qui était pour elle essentiel, l'amour de la Musique.  

Le grand jour tant attendu !

" En cet automne 1983, la rentrée, amenant son lot de nouveaux élèves - dont je fais partie - a eu lieu au CNSMP.
En outre, une rumeur un peu inhabituelle circule dans les couloirs : Olivier Messiaen vient tout juste de livrer la partition de sa dernière œuvre et les répétitions commençent à l’Opéra Garnier.
Nous entendons parler des coulisses, des problématiques rencontrées comme par exemple l’hypertrophie du pupitre de percussions, comment pousser les murs de l’opéra, où placer les trois ondes Martenot, les jeux de cloches tubulaires…

Mais au-delà de ces anecdotes, c’est Odette Gartenlaub qui fut la première à évoquer devant nous cette création. Elle a la plus grande estime pour Olivier Messiaen : son œuvre, l’originalité de son langage et le charisme de sa classe d’analyse-composition qui ont formé tant de compositeurs. La composition et la représentation d’un des derniers opéras du XXème siècle est à ses yeux un évènement musical de premier plan.

Quand elle apprend que la retransmission de Saint-François d’Assise sur France Musique et à la télévision, aura lieu un lundi, elle met aussitôt tout en œuvre, pour que nous partagions ensemble ce moment unique : Nous terminons les cours plus tôt ce jour-là et nous retrouvons - une petite dizaine d’étudiants - chez elle, où son mari Bernard Haultier nous attend autour d’un buffet convivial.

Affiche Messaien.jpg

C’est ainsi que nous découvrons, ce lundi 12 décembre 1983,  l’opéra tant attendu ! Nous écoutons tous « religieusement »... Odette profite de l’entracte pour nous apporter des précisions sur les caractéristiques musicales du compositeur (on ne perd en effet jamais une seconde pour apprendre avec Odette !)
La soirée passe ainsi ; je me souviens avoir du mal à rester éveillée durant « le prêche aux oiseaux » de l’acte II, je le trouve interminable. Il faut dire que la journée de cours a été longue ! Journée à laquelle il faut parfois ajouter le lever aux aurores et le trajet en train pour les étudiants provinciaux !
Le lendemain, nous sommes fatigués certes, mais heureux et fiers d’avoir eu l’opportunité de découvrir en direct cet opéra.

Je pense que celui-ci gardera une place particulière dans le cœur de chacun d’entre nous, et ce grâce à Odette ! "

Anne-Christine Schollhammer

Professeure de FM au CMA9 de Paris
Promotion 1983-1984

 

Une des meilleures années de ma vie

"1986-1987 fut une des meilleures années de ma vie ; l'enseignement d'Odette et la "découverte" de la FM a été un coup de foudre musical. Étant pianiste, élève en classe d'accompagnement, le CA de FM m'a semblé un aboutissement naturel et le "métier" d'Odette, un modèle. Je ne peux en parler à mes étudiants sans nostalgie, émotion et grande fierté d'avoir été son élève. "

Frédérique Morvan

professeure de FM au CRR de Dijon

Promotion 1986-1987

 

Pour révéler les talents de pédagogue d’Odette Gartenlaub, retraçons les circonstances qui l’ont amenée à la pédagogie.
En 1959, Odette Gartenlaub est nommée professeur de solfège au CNSM.
Nous la citerons au travers de ses souvenirs échangés avec Jean-Michel Ferran (JMF) (voir son livre remarquable :
« Odette Gartenlaub - Les vies multiples d’une musicienne du XXème siècle ») et conclurons avec une ancienne élève.

« Je me suis prise au jeu du professorat »

« Je ne pensais pas être professeur. Mon espoir était de jouer du piano et de composer. Et puis les choses se sont faites de telle façon qu’en revenant de Rome, je ne jouais presque plus et on m’a conseillé de me présenter au CNSM pour être professeur de solfège. Ce que j’ai accepté, c’était un honneur pour moi. Mais je n’étais pas très heureuse parce que faire du solfège, ce n’était pas mon but. Et j’ai passé un été très difficile pour reprendre toutes les questions de théorie que j’avais complètement oubliées depuis ma jeunesse et qu’il fallait que je fasse travailler à mes futurs élèves. Mais je me suis prise au jeu du professorat, cela m’a beaucoup intéressée »

CNSMP_1963_solfege_Gartenlaub03_edited.j

« Le professeur passait beaucoup de temps avec la théorie qui n’avait aucun rapport avec la musique »

« Prenons une quarte augmentée do-fa#, on abaisse la note inférieure d’un demi-ton diatonique, on monte la note supérieure d’un ton, quel est l’intervalle obtenu en doublant à 2 octaves ! Voyez-vous l’intérêt ? C’était pourtant le genre de questions posées au concours et il fallait bien préparer les élèves à y répondre… Le professeur passait beaucoup de temps avec la théorie qui n’avait aucun rapport avec la musique ! »

CNSMP_1964_solfege_Gartenlaub1.jpg

JMF : Il est intéressant de noter qu’Odette n’éprouve pas encore à ce moment-là la nécessité de mobiliser la compositrice qu’elle est pour venir en aide à ses élèves, ce qu’elle fera dès qu’elle sera nommée professeur de déchiffrage, comme si, définitivement, le solfège se trouvait coupé de la musique, sorte de monde à part sur un îlot bien isolé et autonome… Elle se contente pour l’heure, comme ses collègues, d’utiliser les manuels en vogue et il faudra attendre que le processus de maturation pédagogique soit arrivé à terme pour que s’ouvrent  les portes de son inspiration et de son talent.

JMF : En 1968 donc, Odette postule et obtient le poste de professeur de déchiffrage pour les élèves pianistes. Et c’est un véritable choc car, à ce poste, elle se retrouve à l’articulation entre l’enseignement du solfège et celui de l’instrument, en situation de passerelle entre ces deux mondes alors si hermétiquement séparés. La prise de conscience est difficile pour elle qui n’a jamais connu la moindre difficulté à jouer la musique à première vue.

« j’ai commencé à me poser les vraies questions d’ordre pédagogique »

« C’est là que j’ai commencé à me poser les vraies questions d’ordre pédagogique. En classe de déchiffrage, les élèves étaient un peu perdus, pour la plupart. Comment apprendre à déchiffrer ? Méconnaissance du clavier. Manque de dissociation entre les deux mains. Manque de curiosité aussi. Je voyais arriver à ma classe de bons pianistes, brillants solfégistes, qui lisaient les clés très vite, battaient les mesures avec des rythmes très compliqués et pour la plupart, ne pouvaient pas jouer correctement au piano un triolet de croches ou une croche deux doubles »

CNSMP_1968_dechiffrage_Gartenlaub103B2.jpg

JMF : Après réflexion et bien avant que naisse la formation musicale, Odette comprend alors que c’est grâce à la Musique elle-même, qu’elle parviendra à établir ce lien nécessaire entre solfège et instrument. Dès lors, elle apporte à la classe des chorals de Bach et des accompagnements de mélodies et de lieder qu’elle fait entendre, analyser et chanter avant de les jouer. L’outil pédagogique principal de sa classe sera dès le début les six cahiers des Mikrokosmos de Bartok, langage nouveau pour la plupart de ses élèves.

« Comme les élèves ne connaissent pas la géographie de leur clavier et ne font aucun lien entre leurs doigts et leur oreille, je leur écris donc des exercices adéquats »

Prépration dechiffrage pianistique.jpg

D’où l’écriture des 70 aspects nécessaires à la lecture pianistique intitulés : « Préparation au déchiffrage pianistique » que regroupent 5 cahiers.

JMF : L’exergue en est explicite : « Ces exercices ont pour but d’aider l’élève à mieux connaître son clavier et le préparer ainsi aux difficultés du déchiffrage ».

Et afin que ses élèves aient un minimum de connaissances harmoniques pour pouvoir harmoniser une chanson populaire, elle écrit trois volumes intitulés « Initiation au piano ou Livre pour l’harmonisation au piano ».

Harmonisation au piano.jpg

JMF : Cette réflexion en profondeur sur les mécanismes de la lecture à vue l’incitera à publier par la suite sept nouveaux volumes à destination d’autres instruments que le piano.

Dès la prise de ses nouvelles fonctions, elle avait donc fait évoluer l’enseignement du déchiffrage au CNSM. Avec le recul, on peut y déceler ce que sera quelques années plus tard le fondement de sa classe de Pédagogie de la Formation Musicale.

1976 : Création de la classe de "Pédagogie de la Formation Musicale".
Nomination la plus importante de sa carrière.

Elle doit affronter les railleries de ses collègues du CNSM : « Pourquoi voulez-vous tout changer ? Au Conservatoire on fait le solfège, la musique on la fait après ».

« Ce fut une grande remise en question pour moi … »

CNSMP_1978_79_pedagogie_Gartenlaub26B2.jpg

Tout commence lorsqu’elle est invitée à participer au jury que présidait Marc Bleuse du Certificat d’Aptitude (CA) aux fonctions de professeur de solfège dans les conservatoires.

« Encore une fois ce n'était pas de la musique ! »

« Les étudiants qui venaient passer ce concours prenaient des solfèges qui n’avaient pas de rapport avec la musique. On faisait les dictées au piano par deux mesures, ça s’arrêtait net une patte en l’air, sans phrasés, sans nuances… encore une fois ce n’était pas de la musique ! »

JMF : C’est alors que le directeur, Raymond Gallois Montbrun, lui demande de prendre, au sein du Conservatoire, une classe de Pédagogie de la Formation Musicale.

« Travail solfégique à partir d’œuvres du répertoire »

« Quelques mois avant cette nomination, j’avais été conviée à un colloque sur l’enseignement du solfège à la Direction de la Musique au Ministère de la Culture. L’Inspecteur Marc Bleuse pensait à juste titre que cet enseignement était trop cloisonné et très loin de la vraie musique. J’étais tout à fait en accord avec ses idées et j’ai participé avec des directeurs et des professeurs à l’élaboration d’un nouveau cursus d’études comprenant tout le travail solfégique à partir d’œuvres du répertoire. Travail plus formateur et intéressant aussi bien pour les élèves que pour les professeurs. Mais plus difficile à réaliser aussi car changer ses habitudes est très difficile »

Lors de ces réunions Odette apporte l’idée que 

« la Musique s’apprend en même temps que le solfège et non plus le solfège d’abord et la musique ensuite ».

Après deux ans de réunions, un document a été réalisé et envoyé dans tous les conservatoires et écoles de musique de France, le mot solfège étant remplacé par l’expression « FORMATION  MUSICALE » .

Avec beaucoup de courage et de détermination, Odette lit des ouvrages de pédagogie, de psychologie de l’enfant. Elle découvre et se passionne pour les recherches de Maria Montessori (et ses fameux trois temps de l’apprentissage).

Elle s’intéresse également à ce qu’on appelait alors les méthodes actives (Orff, Martenot, Willems, Dalcroze [photo ci-contre]…)

À partir de 1976, les deux CA de solfège (méthodes actives et solfège spécialisé) fusionnent pour n’en faire qu’un seul : Le CA de Formation Musicale.

Odette n’hésite pas à suivre elle-même les formations nécessaires. La méthode Dalcroze, un peu à la base des autres, a particulièrement marqué Odette.

Dalcroze.jfif

« Pose ton violoncelle et va danser le menuet »

« Dalcroze avait dit que le solfège ne devait pas être intellectuel et qu’il fallait le vivre en passant par le corps. Je commence alors à comprendre beaucoup de choses.
Je me souviens, lorsque j’étais professeur de solfège, d’un violoncelliste qui arrive un jour dans ma classe tout rouge et pas content du tout. Il venait de la classe de Tortelier. Je lui demande ce qui lui arrive et il me dit : " Figurez-vous que Tortelier m’a fait danser dans la classe ! " Les autres élèves s’offusquent : quelle horreur, faire danser au Conservatoire ! "Je jouais un menuet de Bach, je n’arrivais pas à faire ce qu’il fallait, alors il m’a dit : pose ton violoncelle et on va danser le menuet ". Moi-même à l’époque j’ai été très étonnée de ces méthodes. Et ce n’est que quand j’ai lu tous ces livres que je me suis aperçue que c’était la vérité. 
»

« faire de la technique avec la musique, dans la musique »

« Avoir fait ces classes de pédagogie m’a pris énormément de temps, je m’y suis donnée à fond et ça m’a donné beaucoup de satisfactions. J’ai beaucoup appris avec mes élèves. …
Au fil des années, le solfège était devenu un enseignement de haute technicité mais très cloisonné. Selon moi, il faudrait presque apprendre l’instrument avec le solfège… c’est cet indispensable lien entre les disciplines que nous avons voulu rétablir avec l’introduction de la Formation Musicale : faire de la technique avec la musique, dans la musique. »

JMF : Alors Odette apportait chaque semaine une grande œuvre qui allait nourrir pratiquement les deux jours de cours en nous rassemblant autour des deux pianos. Après avoir parlé du compositeur et du contexte de composition de l’œuvre, nous chantions à une ou plusieurs voix, transposions, déchiffrions au piano, réduisions les chœurs, harmonisions dans le style de l’auteur… puis échangions avec Odette sur l’intérêt que pouvait revêtir l’œuvre explorée pour nos futures classes de Formation Musicale.   

Parallèlement à la préparation de la classe, Odette s’attacha à donner les meilleurs outils possibles aux professeurs en publiant de très nombreux ouvrages pédagogiques pour la Formation Musicale dont aucun des paramètres ne lui échappa : clés et rythmes, travail de l’oreille, avec dictées, mémorisations et dépistages de fautes, travail de la voix avec intonations, polyphonie et chants. C’est peut-être dans le domaine du chant que son imagination fut la plus foisonnante car disait-elle :

« J’aurais préféré me souvenir d’un lied de Mozart ou Brahms plutôt que des leçons de Lavignac ou Panseron dont je me souviens encore 60 ans après ! »

Pour conclure, une de ses anciennes élèves, Claude Villard (actuellement professeur de didactique de la Formation Musicale au département pédagogie au CNSMDP) nous dit :
« Si je devais résumer sa pédagogie, je prononcerais seulement le mot Musique ! 
C’est le plaisir du partage et son amour de la musique qu’elle souhaitait nous transmettre afin que nous puissions le transmettre à notre tour ; soit tout le contraire de la performance pour la performance. »